Lis Ermas - Li cavalié de la fre e li sant de glaço

02 juin 2022
Télécharger le podcast

Votre chronique en Occitan proposée par Felip Reig "Lis Ermas" sur Radio Nîmes. 

Rendez-vous sur le 92.2 ou sur radionimes.fr tous les mercredis à 6h00, 13h30, 19h00.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

LI CAVALIÉ DE LA FRE E LI SANT DE GLAÇO
Cars ami, lou bon-jour en tóuti e siegues li bèn-vengu dins lis ermas. Lou 26 de mai passa, pèr la Sant-Eimard, legiguère dins lou journau : « Lou que se deléujo avans lou mes de mai, / saup pas la foulié que fai ». D’efèt de coustumo, au mes de mai, avèn ja couneigu de jour de calour. E cado annado, se boutessian à crèire que lou printèms es arriba pèr resta. Verai qu’i mes de febrié, mars e abriéu avèn la Vièio que vòu pas mouri. Es à dire que poudèn encaro vèire la fre que nous gèlo la charpento oussouso. Pèr èstre tranquile, fau espera lou mes de mai. Pamens, de cop que i’a, vesèn un retour de la fre pendènt li darrié jour dóu mes d’abriéu vo à la coumençanço dóu mes de mai. Se parlo di Cavalié de la fre. Lou retour de la fre es mai marca lou 23 d’abriéu pèr la Sant-Jòrgi, lou 25 pèr la Sant-Marc, lou 30 pèr la Sant-Éutrope, lou 3 de mai pèr l’envencioun de la Santo-Crous e lou 6 de mai pèr la Sant-Jan Porto Latino. Veraiamen, de cavalié, i’a pas qu’un soulet, es sant Jòrgi, qu’es, lou sabès lou sant prouteitour de l’Antico Confrarié di Gardian de Bouvino e de Roussatino. Lou poudèn vèire sus lou drapèu de la Counfrarié, d’à chivau, qu’es à tua lou dragoun que simbouliso lou mau. Dins ùni païs lou fau d’à pèd. Adounc, es éu, Jourguet qu’arribo d’en proumié, segui de Marquet, Troupet e Crouset que soun li Cavalié de la fre. Tóuti li quatre soun li mèstre de la frejuro e de la geladuro. E se dis : « Jourguet, Marquet, Troupet e Crouset / Soun li quatre capoulié de la fre ». E apoundon : « Emai quauco fes, Janet. » De que voulès, li mousquetaire èron quatre, li Cavalié de la fre soun cinq. Acò pèr dire que se fau mesfisa que de geladuro nous podon encaro sousprene jusqu’au sièis de mai. E li cavalié de la fre soun pas soulet. Mèfi ! lou vounge de mai aparèis lou premié sant de glaço, sant Mamert, segui lou 12 de mai pèr sant Brancàci e pèr clava lou 13 de mai, sant Servais.
Urousamen, es quicon de rare de vèire encaro de geladuro après lou 6 de mai estènt que la maje part dóu tèms, après lou tresen de mai, i’a plus rèn de cregne. Part acò, s’enrènd dire : « Passa Jourguet, Marquet, Troupet / Jujas dóu bèn que lou tèms fè ». Franc d’acò, sabès tóuti ço que se dis dóu mes de mai : « Lou poulit mes de mai », « lou mes di magnan », « lou mes di flour », « Au mes de mai, / Vai coume te plais ». Agachère aquéli darrié jour li prouvèrbi dins lou journau e, ma fisto se ié fau crèire en ço que legiguère, auren de bon vin e forço vènt. Verai que l’èsse uman, sèmpre vouguè coumanda à la naturo li causo dóu cèu. Vuei encaro, sarié tout-parié. Pamens, la naturo fai ço que vòu e sian pèr lou vèire. Dins soun libre Météorologie populaire dans la France ancienne, Carle Galtier i’escriguè mai de vue-cènt prouvèrbi à respèt dóu tèms que fai. Lou calendié di sant que sian à festeja tóuti li jour es un biais crestian d’ourganisa l’annado liturgico. Desempièi l’espelissoun d’aquéu libre, lou calandié changè e belèu qu’ùni prouvèrbi perdeguèron sa resoun d’èstre. Pèr eisèmple, santo Perpetuo e santo Felicita mouriguèron lou 7 de mars. Aquelo dato fuguè plus tard atribuïdo à sant Toumas d’Aquin. Au siècle XVIen, i’avié pas qu’uno simplo counmemouracioun et en 1908, sa fèsto fuguè desplaçado au 6 de mars e acò ‘pareiguè dins lou calendié rouman de 1960,
La reformo dóu calendié rouman de 1969 desplacè la fèsto de sant Toumas d’Aquin au 28 de janvié e la fèsto de santo Perpetuo e santon Felicita tournè lou 7 de mars. Pènse qu’aquelo valso di noum e di dato, tóuti se n’en trufon vuei. Poudès toujour legi Lou Martiroulogue rouman, que lou poudèn destouca sus Gallica. Pèr counèisse aquelo istòri, pamens fau de courage estènt qu’es pas simple de coumprene. Semblarié pièi que la toco de la glèiso fuguèsse de countenta tout lou mounde e’m’acò, pas mai. Acò a lèu fa de veni mal-eisa d’abord que i’a mai de sant que de jour dins l’annado. Alor coume faire ? N’en festeja quàuquis-un cade jour ? Hóu ! voudriéu pas que tout acò vous faguèsse d’empacho pèr durmi e imagine l’interès qu’anas pourta à moun prepaus. Soulide.
Vaqui, la crounico es acabado. Vous doune rendès-vous la semano venènto. D’eici aqui, gardas l’esperit siau e tenès-vous fièr. Vous brassège amistadousamen. Brave mounde, adissias !
Felip